OK
Logo hifamilies mobile
Logo hifamilies picto
Newsletter
Connexion
Logo hifamilies
Connexion

Vie de famille

Aromathérapie : qu'est-ce qu'une huile essentielle ?

Vie de famille

Aromathérapie : qu'est-ce qu'une huile essentielle ?

Aromathérapie : qu'est-ce qu'une huile essentielle ?

Nous sommes toujours plus nombreux à utiliser les huiles essentielles en France. Ces substances végétales concentrées interviennent dans des domaines aussi variés que la cosmétique, la cuisine et l'alimentation, la parfumerie, l'aromathérapie... Mais qu'est-ce qu'une huile essentielle ? Voici les informations nécessaires pour un choix et une utilisation éclairés !

L’huile essentielle : un concentré végétal

Depuis plusieurs années, l’engouement pour les huiles essentielles ne tarit pas : plus de 20% des Français achètent des huiles essentielles. Les pharmacies en sont le 1e distributeur. Ces substances sont de véritables concentrés végétaux qu'il convient de manipuler avec précaution. À titre d'exemple, une seule goutte d'huile essentielle correspond à 75 bols de tisane de la même plante !

L’huile essentielle, une substance aromatique

Selon la pharmacopée européenne, il s’agit d’un mélange de molécules produites par une partie de plante (feuilles, fleurs, écorces, zestes…).

Les huiles essentielles peuvent être utilisées à des fins cosmétiques, alimentaires ou thérapeutiques et entrer dans la préparation de produits finis.

L’extraction des huiles essentielles

Les procédés d’extraction des huiles essentielles sont définis par la pharmacopée européenne et l'AFNOR (norme ISO 9235). Les deux méthodes d’extraction les plus utilisées sont :

  • La distillation à la vapeur d’eau avec un alambic. Sous l’effet de la chaleur, la vapeur d’eau générée entraîne les molécules actives hors des matières végétales. Dans un 2e temps, le refroidissement de la vapeur permet de retrouver une forme liquide. Celle-ci est récupérée dans un récipient qu’on appelle 'essencier'. A l’intérieur, on retrouve deux phases (l’huile essentielle n’est pas soluble dans l’eau) : sur le dessus se trouve l’huile essentielle et en dessous se trouve la forme aqueuse (eau) qu’on appelle hydrolat. Après décantation, l’eau est éliminée.

distillation à la vapeur d’eau

  • L’expression à froid pour les agrumes (Citrus). Avez-vous déjà remarqué les projections agréablement odorantes lorsque vous pressez le zeste d’une orange ? Ce sont les poches d’huiles essentielles qui se rompent ! C’est par cette méthode très simple que les huiles essentielles des zestes d’agrumes sont isolées. Dans ce cas précis, on les appellera plutôt « essences ». Cette méthode a son inconvénient : un petit pourcentage d’eau et d’autres molécules reste lié aux huiles essentielles qui sont alors plus fragiles que celles obtenues par distillation. Elles s’oxydent plus vite : les dates de péremption sont plus courtes et sont à respecter scrupuleusement.

expression à froid

Le rendement d’extraction des huiles essentielles est faible, ce qui explique le prix élevé de ces substances pour de petites quantités délivrées dans les flaconnages (quelques millilitres). 100 Kg de plantes fraîches distillées en alambic permettent par exemple d’obtenir 500 à 850 g d’huile essentielle de lavande officinale (Lavandula officinalis). Le prix d’une huile essentielle est en rapport avec ce rendement très variable en fonction de l’espèce végétale.

Les huiles essentielles : des qualités inégales

Choisir son huile essentielle

Choisir son huile essentielle, c’est une affaire de précision. Vous avez peut-être déjà rencontré des flacons simplement intitulés « menthe » ou encore « thym ». Ne faites jamais confiance à ces appellations trop imprécises : il existe en effet de nombreuses espèces différentes pour un genre de plante donné.

La dénomination inscrite sur l’étiquette doit mentionner clairement la dénomination précise en latin. On trouvera par exemple Mentha piperita pour la menthe poivrée ou encore Mentha citrata pour la menthe bergamote. Une espèce végétale donne une huile essentielle de composition très différente de celle d’une autre espèce. Une même espèce ne donne pas la même huile essentielle selon la partie de la plante utilisée, et selon l’endroit où elle pousse !

Le chémotype correspond au profil biochimique de l’huile essentielle. Il indique la molécule majoritaire qu’elle renferme et qui va lui donner ses propriétés. C’est un critère qualitatif essentiel mentionné sur l’emballage. Une même espèce botanique peut produire des huiles essentielles avec des chémotypes différents, et donc avec des propriétés différentes.

Par exemple, le thym vulgaire (Thymus vulgaris) est une plante à l'origine de 7 huiles essentielles de thym avec des chémotypes différents : le thym à thymol, le thym à carvacrol, le thym à géraniol, le thym à linalol, le thym à thujanol...

La qualité des huiles essentielles et les labels

Un label officiel d’agriculture biologique est un plus pour choisir une huile essentielle : il exclut les OGM et évite au maximum la présence de produits phytosanitaires polluants. C’est un gage de sécurité pour la santé et la planète. Saviez-vous qu’une plante non traitée par les pesticides produit davantage de molécules actives pour se défendre contre les agressions climatiques, les insectes et les micro-organismes ? L’agriculture biologique permet l’obtention d’huiles essentielles plus efficaces !

La certification « AB » (pour « Agriculture Biologique ») appartient au ministère français de l’agriculture, tandis que l'Eurofeuille correspond aux critères européens. Les deux marquages répondent aujourd’hui aux mêmes exigences. Les labels sont attribués par des organismes de contrôle et de certification indépendants tels qu’Ecocert©, un des spécialistes français en la matière. Les exigences pour la labellisation sont strictes.

La mention « laboratoire pharmaceutique » est apposée sur les emballages des huiles essentielles qualifiées de « pharmaceutiques » et dont les contrôles qualité sont les plus exigeants sur le marché.

Attention, certaines spécialités vendues sur le marché ne sont pas pures. Dans ces produits de mauvaise qualité, des huiles végétales peuvent être ajoutées pour diluer les huiles essentielles. Un autre procédé consiste à ajouter un composant obtenu par synthèse chimique pour modifier artificiellement l’action de l’huile essentielle.

Il existe un test simple pour appréhender la pureté d'une huile essentielle : il suffit de déposer une goutte d'huile essentielle sur du papier buvard. Au bout de quelques minutes, la tache doit disparaître car une huile essentielle est volatile et doit s'évaporer intégralement. S'il reste une trace huileuse, cela signe la présence d'un corps gras végétal qui n'a rien à faire là !

L'aromathérapie, les conseils et usages

Utiliser les huiles essentielles est loin d'être anodin. Leurs usages ne laissent pas de place à l'improvisation et nécessite les conseils d'un professionnel de santé.

Les professionnels de l’aromathérapie

Les professionnels de santé répondent à des codes de déontologie stricts. En vous conseillant, ils engagent pleinement leur responsabilité. Le circuit de distribution des huiles essentielles en pharmacie est ainsi beaucoup plus sécurisé que dans les autres commerces. On peut d'ailleurs y trouver des marques dites « pharmaceutiques », dont les contrôles sont les plus aboutis.

Certains professionnels de santé tels que des médecins, des pharmaciens, des sages-femmes, des infirmiers, des kinésithérapeutes, et même des vétérinaires se sont spécialisés dans ce domaine.

Les précautions d’emploi et les risques

Selon les huiles essentielles, il existe des contre-indications et des interactions médicamenteuses. Que leur utilisation se fasse dans le cadre thérapeutique ou non, consulter un professionnel de santé est primordial pour éviter les accidents.

En relation avec la DGCCRF, le consortium des huiles essentielles a émis dix règles à respecter :

  • L'usage des huiles essentielles est déconseillé chez l'enfant, la femme enceinte ou allaitante, les personnes âgées et les personnes souffrant de pathologies chroniques.
  • Ne jamais injecter d'huiles essentielles par voie intraveineuse ou intramusculaire.
  • Ne pas laisser les huiles essentielles à la portée des enfants.
  • En cas de doute, prendre l'avis d'un professionnel de santé avant d'ingérer une huile essentielle.
  • Ne jamais appliquer d'huiles essentielles sur les muqueuses, le nez, les yeux, le conduit auditif et les zones ano-génitales.
  • Pour les personnes à tendances allergiques, toujours effectuer un test d'allergie avant d'utiliser une huile essentielle.
  • Après un massage ou une application cutanée, se laver consciencieusement les mains.
  • Veiller à la qualité des huiles essentielles, aux garanties annoncées sur leur provenance ainsi qu'au mode de culture dont elles sont issues.
  • Naturel ne veut pas dire inoffensif ! Se reporter aux ouvrages rédigés par des pharmaciens ou des médecins, ou à l’avis d’un professionnel de santé.
  • Ne jamais chauffer une huile essentielle pour la diffuser.

La conservation des huiles essentielles doit se faire dans un flacon de verre teinté, si possible enfermé dans sa boite en carton ou en aluminium. Les molécules aromatiques se dégradent sous l'effet des rayons UV. Le flacon doit rester bien fermé : les huiles essentielles sont des corps volatils et peuvent s'échapper ! Enfin, un endroit à l'abri de la chaleur excessive et de l'humidité sera parfait pour le stockage.

Demandez sytématiquement conseil à votre pharmacien, votre médecin, ou tout autre professionnel de santé formé à l'aromathérapie.

La réglementation des huiles essentielles en France

En France, le statut des huiles essentielles est pluriel. Leur utilisation conditionne leur réglementation. Elles peuvent ainsi répondre aux textes législatifs relatifs :

  • Aux produits cosmétiques lorsqu’elles entrent dans la composition de crèmes pour le visage, de soins cosmétiques pour le corps, de maquillages…
  • Aux produits biocides si elles sont utilisées dans les sprays assainissants.
  • Aux compléments alimentaires dans des complexes destinés à la voie orale, en tant qu'arôme alimentaire si elles sont utilisées pour un usage culinaire, ou si elles entrent dans la composition de certains produits qui ne répondent pas strictement à la définition d’un médicament.
  • Aux préparations dangereuses si elles sont utilisées comme parfum d'ambiance (en diffusion). On retrouve d’ailleurs des étiquetages indiquant « voie orale interdite », alors que ces HE sont parfois connues pour pouvoir être avalées.
  • Des médicaments à base de plantes lorsque l’usage est à visée thérapeutique.

Pour des raisons de dangerosité élevée, un petit nombre d’huiles essentielles ne peuvent être vendues que par les pharmaciens (liste sur le site de l’ANSM, agence nationale de sécurité des médicaments). Ces dernières présentent un profil risqué : elles peuvent être neurotoxiques, irritantes, phototoxiques, ou encore cancérigènes si les consignes et le dosage ne sont pas respectés. Elles nécessitent donc un encadrement stricte de la part d’un professionnel de santé. Cependant, les huiles essentielles présentent toutes des risques importants de toxicité si elles sont mal utilisées.

Malgré les questions de santé publique qu’une distribution libre puisse soulever, les autres huiles essentielles peuvent être vendues dans n’importe quel commerce, et la réglementation est peu contraignante. Vous pouvez retrouver davantage de détails réglementaires sur le site de la DGCCRF.

Contributeurs

  • Rédacteur Hi Families,

Publié le : 17 Décembre 2018

Tags : santé famille

Publicité

Le bon shopping avec les Laboratoires Gilbert :

* Ce dispositif médical est un produit de santé qui porte au titre de la réglementation le marquage CE. Lire attentivement les instructions avant utilisation. Demandez conseil à votre pharmacien. **** Ce complément alimentaire ne peut se substituer à un régime alimentaire varié.

Découvrez aussi...

Tiques 1920x440 2

Tiques : des morsures vectrices de maladies

Du printemps à l'automne, c'est la saison des tiques. Ce parasite de la peau se nourrit de notre sang et de celui des animaux. Les morsures de tiques ne sont pas anodines : elles peuvent transmettre la maladie de Lyme et d'autres pathologies.

Publié le : 1 Août 2019

Lire la suite

Tags : santé famille

Tiques 1920x440 1

Les 7 conseils de prudence anti-tiques

Les morsures de tiques sont parfois vectrices de maladies. Pour s'en prémunir durant la belle saison, toute la famille peut adopter les bons réflexes pour éviter de se faire piquer. Découvrez les 7 conseils de prudence anti-tiques !

Publié le : 1 Août 2019

Lire la suite

Tags : santé famille

Voir tous les articles Vie de famille

Back top

Publicité

Encart himums
Bloc colonne pdv

On parle de nous

Voir tout

Suivez-
nous
Club fidélité Himums Club fidélité Himums