OK
Logo hifamilies mobile
Logo hifamilies picto
Newsletter
Connexion
Logo hifamilies
Connexion

Bébé 0-3 ans

Pourquoi pas de lait de vache chez les bébés ?

Bébé 0-3 ans

Pourquoi pas de lait de vache chez les bébés ?

Pourquoi pas de lait de vache chez les bébés ?

Nourrir son bébé au lait de vache peut engendrer des risques pour sa santé. Cet aliment ne convient pas aux nourrissons en plein développement. Savoir choisir un lait infantile spécifique à bébé en fonction de son âge, c'est aussi comprendre ses besoins nutritionnels particuliers.

Les besoins nutritionnels de bébé

Durant la première année de vie, bébé grandit très rapidement : en moyenne, il triple son poids de naissance ! Son cerveau passe d'environ 350g à plus de 1Kg. Ce développement extraordinaire demande de respecter les besoins nutritionnels particuliers du nourrisson.

La croissance rapide du nourrisson

A l’âge de 3 ans, le poids de naissance de bébé aura été multiplié par 4 et sa taille aura doublé. Les besoins nutritionnels du nourrisson durant les trois premières années sont particulièrement importants. Le nourrisson a besoin :

  • De beaucoup de glucides et de lipides. Les acides gras sont très importants pour le développement du système nerveux et cérébral mais également de la vision. Avec les glucides, ces 2 nutriments majeurs couvrent les besoins énergétiques de l'enfant. Le nourrisson peut ainsi maintenir sa température, assurer les différentes fonctions de son organisme, supporter les mécanismes de croissance. Les besoins énergétiques sont maximaux durant la première année de vie.
  • Des protéines de haute qualité, notamment de 0 à 6 mois. Les protéines lactées de sa mère, ou les protéines animales contenues dans les laits infantiles, sont les plus efficaces. Elles offrent tous les acides aminés essentiels qui permettent à l'enfant de bien se développer. Molécules indispensables du vivant, les acides aminés sont des maillons qui s'assemblent en protéines afin que les tissus se développent et que le métabolisme de bébé fonctionne.
  • De fibres qui régulent le transit intestinal et la sensation de faim (ou satiété). Certaines ont des propriétés prébiotiques : elles nourrissent les bonnes bactéries intestinales. Elles permettent ainsi le développement du microbiote, c'est-à-dire de la flore bactérienne intestinale.
  • Des minéraux et des oligo-éléments tels que le calcium ou le phosphore qui constitueront la structure minérale des os ou des dents, le magnésium indispensable au métabolisme ou à la transmission neuromusculaire par exemple, ou encore le fer qui conditionne l’efficacité du sang à transporter l’oxygène que bébé respire, vers les organes…
  • De nombreuses vitamines, molécules organiques indispensables pour le métabolisme, et que l’organisme ne sait pas synthétiser.

Le lait maternel : un lait idéal

Le lait maternel est considéré comme l’apport nutritionnel idéal pour le nourrisson. Les seuls écueils dans sa composition sont l’absence de vitamines D et K : il est alors nécessaire de supplémenter le nouveau-né lorsqu’il est allaité. Pour plus de détails sur les avantages de l’allaitement maternel, vous pouvez consulter le Guide nutrition de la naissance à trois ans de Santé publique France.

Si la mère ne souhaite pas allaiter, ou si elle ne le peut pas, il est nécessaire d'employer un substitut du lait maternel.

Le lait de vache chez bébé : un faux ami

Suite à de nombreux cas de malnutrition de nourrissons, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a été saisie afin d'évaluer la composition des laits animaux (et végétaux), en rapport avec les besoins nutritionnels des nourrissons. Il ressort de cette étude que le lait de vache est totalement inadapté à l'alimentation des bébés, et qu'il ne peut constituer une solution de remplacement du lait maternel.

Le lait de vache inadapté chez bébé

Bien qu'il soit riche en calcium, le lait de vache est pauvre en fer, ce qui pourrait induire des carences dites « martiales » chez le nourrisson. Il existe alors un risque de retarder la croissance de bébé.

Il contient trop peu d'acides gras et d'acides aminés essentiels qui ne sont pas synthétisés par l'organisme de l'enfant. Enfin, il est trop riche en protéines, mais aussi en sel : les besoins de l'enfant en sodium sont alors dépassés. L'alimentation au lait de vache serait propice au développement ultérieur de maladies cardio-vasculaires.

L'étude de l'Anses montre par ailleurs que les autres laits d'animaux (chèvre, brebis, jument...) et les boissons végétales appelées à tort laits végétaux (soja, amande, riz...) sont eux aussi totalement inadaptés aux besoins nutritionnels de l'enfant.

Lait de vache : quel âge chez l'enfant ?

Avant l'âge de 1 an, le lait de vache est vivement déconseillé pour alimenter un enfant. Entre 1 et 3 ans, il est préférable d'employer une préparation bien plus adaptée pour éviter les carences, enrichie en fer et en acides gras essentiels (voir le paragraphe « Lait de croissance »).

C'est à partir de l'âge de 3 ans que les reins atteignent une maturité suffisante pour pouvoir filtrer le sang convenablement, que son cerveau est bien développé, et que sa croissance est moins soutenue. Il est alors possible de lui donner du lait de vache pasteurisé ou stérilisé, entier ou demi-écrémé.

Attention : Le risque de développement bactérien dans le lait cru contre-indique son usage chez l'enfant qui pourrait contracter une infection. Même après 3 ans, les laits des autres animaux demeurent inadaptés.

Les laits infantiles

Les préparations formulées pour les nourrissons et les enfants en bas âge répondent à une réglementation stricte pour couvrir leurs besoins nutritionnels.

Le lait 1e âge et le lait 2e âge

La composition des laits infantiles évolue selon les besoins nutritionnels de l’enfant en fonction de son âge. Elle est régie par la directive européenne 2006/141/CE. Ces préparations sont spécialement formulées à partir du lait de vache. Moins courantes, il existe aussi des spécialités obtenues à partir de lait de chèvre. D’autres préparations formulées à partir de protéines végétales respectent aussi les critères de composition de la Directive.

Durant la première année de vie, on emploie :

  • Le lait 1e âge, ou lait pour nourrisson, formulé pour la nutrition des enfants de leur naissance au 6e mois (ou au minimum jusqu'à 4 mois révolus si la diversification alimentaire est suffisante) ;
  • Le lait 2e âge, ou lait de suite, qui conviendra aux enfants du 6e mois au 12e mois en complément de la diversification alimentaire progressive et en relais de l'allaitement maternel ou du lait 1e âge.

Pour plus de détails sur la diversification alimentaire, vous pouvez consulter le Guide nutrition de la naissance à 3 ans de Santé publique France.

Par rapport au lait animal, et pour se rapprocher le plus possible du lait maternel, ces préparations sont supplémentées :

  • en acides gras et acides aminés essentiels (non synthétisés par l’organisme),
  • en minéraux comme le fer par exemple, et en vitamines,
  • en glucides avec du lactose (sucre du lait) parfois associé à de la maltodextine (hydrolysat d’amidon),
  • quelquefois en fibres (prébiotiques),
  • en probiotiques parfois, c’est-à-dire avec de bonnes bactéries qui favorisent l’équilibre intestinal.

Les concentrations en protéines et en sodium sont réduites. La concentration en calcium est deux fois plus élevée qu’en phosphore afin de garantir à l’enfant une croissance osseuse optimale.

Saviez-vous que certains laits sans lactose sont adaptés à la diarrhée du nourrisson ? Lisez notre article Gastro-entérite : faire face à la diarrhée de bébé.

Pour préparer convenablement un biberon, vous pouvez consulter le guide L’alimentation du nourrisson de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire).

Le lait de croissance

Après l'âge d'1 an et jusqu'au troisième anniversaire de l'enfant, il est préférable d'employer un lait de croissance plutôt que du lait de vache. Saviez-vous qu'un lait de croissance contient jusqu'à 30 fois plus de fer que le lait de vache ? Il est aussi moins riche en protéine et en sel, et évite le risque de carences nutritives de l'enfant en bas âge.

Contributeurs

  • Rédacteur Hi Families,

Publié le : 20 Décembre 2018

Tags : enfant nourrisson alimentation santé

Publicité

Le bon shopping avec les Laboratoires Gilbert :

(1) En plus du lait, l'eau est la seule boisson indispensable. Bouger, jouer est indispensable au développement de votre enfant. www.mangerbouger.fr

Découvrez aussi...

Poussee dentaire 1920x440

La poussée dentaire : comment soulager bébé ?

La poussée dentaire du nourrisson provoque des symptômes désagréables. Les dents de lait percent les gencives, entraînent des douleurs et une mauvaise humeur de l'enfant. Des solutions naturelles existent pour soulager bébé de la poussée dentaire.

Publié le : 19 Novembre 2018

Lire la suite

Tags : enfant nourrisson

Hygiene nasale bebe

Rhume et hygiène nasale des tout-petits

Jusqu’à un an les bébés respirent exclusivement par le nez dont la morphologie est incomplète. Encombré, il devient très vite gênant. Un lavage du nez diminue les symptômes d’un rhume et une hygiène nasale régulière est un bon moyen de tenir les rhumes éloignés des nourrissons.

Publié le : 27 Octobre 2017
Révisé le : 19 Novembre 2018

Lire la suite

Tags : lavage nasal sérum physiologique rhume Hygiène nasale bébé

Voir tous les articles Bébé 0-3 ans

Back top
Suivez-
nous
Club fidélité Himums Club fidélité Himums