OK
Logo hifamilies mobile
Logo hifamilies picto
Newsletter
Connexion
Logo hifamilies
Connexion

Vie de famille

Comprendre l'eczéma de contact pour mieux le prévenir

Vie de famille

Comprendre l'eczéma de contact pour mieux le prévenir

Comprendre l'eczéma de contact pour mieux le prévenir

L'eczéma de contact, ou dermatite de contact, est une inflammation cutanée fréquente. Cette maladie de peau est due à l'exposition répétée à une substance particulière d'origine domestique ou professionnelle. Des découvertes récentes ont mis en lumière le rôle du microbiote dans l'eczéma de contact. Découvrez l'origine et l'évolution de cette dermatite et comment éviter les récidives d'eczéma de contact.

L’eczéma de contact, une sensibilisation de la peau

L’eczéma tient une place importante dans les dermatoses, c’est-à-dire dans les maladies de peau. 15 à 30% des enfants et jusqu'à 10% des adultes en sont atteints. En seulement 30 ans, 2 à 3 fois plus de personnes ont développé cette inflammation cutanée caractéristique !

Ce terme est cependant très générique puisqu’il regroupe de nombreuses pathologies : eczéma atopique (ou dermatite atopique), eczéma variqueux, eczéma nummulaire, eczéma bulleux, eczéma de contact… Il désigne la traduction clinique de multiples causes.

Les plaques inflammatoires de l’eczéma sont caractérisées par une rougeur surmontée de petites vésicules qui finissent par se rompre et suinter. On observe aussi des squames (petites lamelles de peau qui se détachent) et des croûtes. Les plaques d’eczéma entraînent des démangeaisons et la personne atteinte se gratte. Ce comportement peut conduire à des lésions de grattage qui sont susceptibles de s’infecter.

Evolution de la dermatite de contact

L'eczéma de contact (ou dermatite de contact), est déclenché par l'exposition de la peau à un allergène particulier (vêtements, cosmétique, médicament...). La dermatite de contact peut apparaître aussi bien chez un enfant que chez un adulte. Certains types d’eczéma se développent davantage chez les personnes présentant un terrain allergique (souffrant de rhinite allergique, d’asthme, d’allergies alimentaires…). Ce n’est pas le cas pour l’eczéma de contact.

Les phases de l'eczéma de contact :

Plusieurs phases caractérisent l'apparition puis le développement de l'eczéma de contact :

La phase de sensibilisation :

Dans un premier temps, la personne est soumise à la présence de l’allergène incriminé sans développer de symptômes. On dit qu’elle est sensibilisée par des expositions cutanées. L'allergène pénètre la peau dont la barrière a été altérée (par une irritation par exemple), et active le système immunitaire chargé de nous défendre contre les attaques extérieures. Malgré l'absence de symptômes, des cellules immunitaires spécifiques (lymphocytes) gardent les caractéristiques de l'allergène en mémoire.

La phase de révélation :

Lors d'un nouveau contact avec l'allergène, le système immunitaire le reconnaît grâce aux lymphocytes qui ont été stimulés par l'allergène et l'ont gardé en mémoire. Un mécanisme inflammatoire de défense se met en œuvre et provoque les symptômes de l'eczéma sous 24 à 48h. Ces symptômes apparaissent d'abord au point de contact avec l’allergène avant de s'étendre au fur et à mesure des expositions à tout le corps.

La phase de rémission :

L'eczéma de contact disparaît en 15 jours maximum après l'exposition à l'allergène si celui-ci a disparu. Cependant, si l'exposition est permanente, la personne peut souffrir d’un eczéma de contact chronique marqué par un épaississement cutané.

Origines de la dermatite de contact

Les facteurs déclenchant l’eczéma de contact sont multiples et varient d’une personne à une autre. L’exposition à l’allergène peut être d’origine professionnelle ou domestique.

Les origines professionnelles de l'eczéma de contact

Les professions particulièrement exposées sont celles qui demandent la manipulation :

  • d’aliments (farines, légumes…),
  • de ciments, de peintures, ou de colles,  de produits de nettoyage,
  • de solutions antibactériennes et de gants lors des soins médicaux ou vétérinaires,
  • de solvants et teintures comme dans le secteur de la coiffure,
  • de végétaux lors des travaux agricoles ou forestiers (ces professions ont aussi exposées aux gants de travail).

L’humidité et le stress sont eux aussi des facteurs favorisants l'eczéma de contact.

Les origines domestiques de l'eczéma de contact

Parmi les substances domestiques incriminées, on retrouve des allergènes d'origine :

  • Vestimentaire : Par exemple, les teintures des tissus, ou le nickel des bijoux fantaisies, des boutons de pantalons et des boucles de ceinture. On retrouve ainsi des réactions eczémateuses de contact dans le cou ou les poignets, ainsi qu’au niveau du nombril.
  • Cosmétique ou médicamenteuse : Les parfums, maquillages, crèmes, médicaments, peuvent contenir de nombreuses substances capables d’entraîner un eczéma de contact, qu’elles soient synthétiques ou naturelles (certaines huiles essentielles notamment). Par exemple, les isothiazolinones sont des conservateurs de nombreux cosmétiques utilisés en remplacement des parabens. On observe désormais une augmentation importante des eczémas de contact dus à ces substances, que ce soit d’origine domestique ou professionnelle.
  • Polluante, avec par exemple les composés organiques volatiles...
  • Végétale ou animale comme le latex de plantes, la salive de chat…

Certaines substances, appelées photo-allergènes, ne déclenchent un eczéma qu'après une exposition solaire. Les molécules de la substance incriminée sont transformées par l’énergie des rayons ultra-violets (UV) du soleil, et deviennent alors allergisantes. L’eczéma débute et sera plus marqué sur les zones de la peau exposées à la lumière.

Le rôle du microbiote dans l'eczéma de contact

Des études de recherche récentes ont dévoilé le rôle du microbiote dans plusieurs formes d’eczéma, notamment l’eczéma de contact.

Le microbiote intestinal et l’eczéma de contact

Le microbiote intestinal regroupe l’ensemble des micro-organismes qui vivent dans nos intestins.

Des études menées chez la souris montrent que le microbiote intestinal, modifié par une déficience génétique, jouerait un rôle dans l'eczéma de contact. Les chercheurs ont transféré le microbiote intestinal de souris atteintes par une forme d'eczéma de contact très proche du nôtre à des souris ne développant pas cette maladie de peau. La découverte est stupéfiante : elles ont à leur tour développé le même eczéma de contact.

Ce phénomène s'expliquerait par une migration des bactéries de l'intestin vers les organes de l'immunité. Elles seraient alors capables de moduler les réponses de notre système immunitaire, et donc de nos capacités de défenses !

Le microbiote cutané et l’eczéma de contact

L’ensemble des micro-organismes qui vivent sur notre peau est appelé « microbiote cutané ».

Les relations entre le microbiote cutané et l’eczéma de contact ne sont pas encore clairement élucidées.

Cependant les études de recherche montrent une dysbiose cutanée, c’est-à-dire un déséquilibre du microbiote de la peau dans plusieurs formes d’eczéma (telles que l’eczéma atopique par exemple). Le retour à l’équilibre de la flore cutané semble primordial pour qu’un eczéma puisse régresser. Un microbiote équilibré maintient notamment le pH physiologique de la peau, c’est-à-dire une acidité adaptée, et lutte contre les réactions inflammatoires inappropriées.

Par ailleurs, les sujets atteints de dermatite atopique (ou eczéma atopique) ont plus de risques de développer un eczéma de contact. La peau, déjà fragilisée par la dermatite atopique, laisse plus facilement pénétrer les allergènes, ce qui entraîne des sensibilisations de contact. Le rôle du microbiote cutané dans la dermatite atopique, quant à lui, a été démontré plus précisément.

Prévenir l’eczéma de contact

Une fois sensibilisée à un allergène, la prévention la plus efficace pour éviter les récidives d’eczéma de contact réside dans l'éviction de l’allergène incriminé. Malheureusement, il est parfois impossible d’éviter durablement certaines substances très présentes au quotidien, à domicile comme au travail.

Se protéger pour prévenir la dermatite de contact

S’il n’est pas possible d’éviter l’allergène, vous pouvez vous protéger à l’aide :

  • De gants pour la manipulation de produits de nettoyage, d’aliments, de végétaux... Attention cependant à ne pas favoriser la macération, l’humidité favorise l’eczéma de contact. Il faut laisser la peau des mains respirer régulièrement.
  • De vêtements de protection pour limiter le contact avec un allergène volatile.

Renforcer sa peau et son microbiote cutané pour prévenir l’eczéma de contact

Pour lutter contre la pénétration des allergènes dans la peau, vous pouvez adopter de bonnes habitudes pour renforcer votre barrière cutanée et favoriser l’équilibre du microbiote :

  • Eviter d’agresser votre peau en utilisant des produits lavants trop alcalins comme les savons de Marseille ou d’Alep. Privilégiez les soins à pH physiologique (environ pH 5,5), formulés sans savon comme les syndets, soins surgras, huiles ou crèmes lavantes. Des pains sans savon existent également et peuvent servir pour le lavage des mains. Demandez conseil à votre pharmacien ou votre dermatologue.

Afin de favoriser l’équilibre du microbiote cutané, certains soins lavants contiennent des probiotiques, c’est-à-dire de bonnes bactéries pour la peau. D’autres contiennent des prébiotiques qui sont des sucres dont s’alimentent les bonnes bactéries du microbiote cutané.

  • Prenez soin de bien rincer et de bien sécher votre peau après le lavage et évitez si possible l’humidité.
  • Renforcer la barrière cutanée en appliquant régulièrement des crèmes émollientes ou des crèmes barrières, que cela soit sur votre corps ou sur vos mains. Ces crèmes restaurent le film hydro-lipidique protecteur de la peau et comblent les espaces laissés libres entre les cellules cutanées d’une peau irritée. Certaines de ces crèmes contiennent elles aussi des probiotiques ou des prébiotiques.

Contributeurs

  • Rédacteur Hi Families,

Publié le : 8 Novembre 2019

Tags : santé famille peau atopie eczema microbiote

Publicité

Le bon shopping avec les Laboratoires Gilbert :

Découvrez aussi...

Tiques 1920x440 2

Tiques : des morsures vectrices de maladies

Du printemps à l'automne, c'est la saison des tiques. Ce parasite de la peau se nourrit de notre sang et de celui des animaux. Les morsures de tiques ne sont pas anodines : elles peuvent transmettre la maladie de Lyme et d'autres pathologies.

Publié le : 1 Août 2019

Lire la suite

Tags : santé famille

Tiques 1920x440 1

Les 7 conseils de prudence anti-tiques

Les morsures de tiques sont parfois vectrices de maladies. Pour s'en prémunir durant la belle saison, toute la famille peut adopter les bons réflexes pour éviter de se faire piquer. Découvrez les 7 conseils de prudence anti-tiques !

Publié le : 1 Août 2019

Lire la suite

Tags : santé famille

Voir tous les articles Vie de famille

Back top
Suivez-
nous
Club fidélité Himums Club fidélité Himums