OK
Logo hifamilies mobile
Logo hifamilies picto
Newsletter
Connexion
Logo hifamilies
Connexion

Enfant

La varicelle, la maladie infantile qui démange !

Enfant

La varicelle, la maladie infantile qui démange !

La varicelle, la maladie infantile qui démange !

Boutons, vésicules, croûtes, cicatrices, démangeaisons, contagieuse ou pas ? La varicelle suscite beaucoup de questions. Voici les informations à connaître sur la varicelle !

La varicelle, une maladie infantile ?

La varicelle est la maladie infantile la plus fréquente ; c’est une affection bénigne est quasi obligatoire ! Chaque année, 550 000 à 750 000 cas occasionnent un peu plus de 3000 hospitalisations dont 75% concernent les enfants de moins de 16 ans.

Quelle est l’origine de la varicelle ?

C’est une infection virale très contagieuse due au virus varicelle-zona. La varicelle est la première infection par ce virus qui gagne ensuite certains ganglions où il restera en latence. L’immunité acquise est en principe définitive, mais les virus en hibernation dans les ganglions nerveux peuvent se réactiver à l’occasion d’une baisse de l’immunité et entraîner un zona.

Cette maladie infantile concerne 50 % des enfants  avant l’âge de 5 ans, et 90 % avant l’âge de 12 ans.  90% de la population a contracté la varicelle avant 15 ans.

La varicelle peut survenir toute l’année avec des pics épidémiques en hiver et au printemps.

Comment reconnaître une varicelle ?

Cette maladie infantile est décrite en 3 phases :

  • La phase d’incubation : elle dure en moyenne 14 jours et est silencieuse (on n’observe pas de signes de la maladie)
  • La phase d’invasion : elle dure de 1 à 3 jours, l’enfant présente de la fièvre modérée, des maux de tête, il est fatigué et peut se plaindre du ventre. Cette phase précède l’éruption de 24 à 48h.
  • La phase d’état : elle dure 10 à 15 jours, c’est là que l’on observe les éruptions cutanées typiques qui grattent tellement ! Tout d’abord des macules rouges, c'est-à-dire des taches, qui évoluent vers les vésicules contenant un liquide clair. Celles-ci finissent par sécher et forment des croûtes qui tombent au bout d’une semaine, en laissant parfois des taches plus claires. Elles ne laissent des cicatrices que si elles sont grattées.

L’éruption de varicelle évolue par poussées successives, on a donc souvent les 3 types de lésions sur le corps en même temps. 

En général, l’éruption touche d’abord le cuir chevelu, le visage, le tronc puis les membres et parfois les muqueuses (pourtour des yeux, intérieur de la bouche, organes génitaux).

Une maladie très contagieuse !

La varicelle est très contagieuse et la transmission se fait par l’intermédiaire des gouttelettes rhinopharyngées ou par contact direct avec le liquide des vésicules, il n’y a pas de virus dans les croûtes.

Le malade est contagieux 2 jours avant l’éruption et jusqu’à la formation des croûtes. En conséquence, la présence de l’enfant en collectivité n’est pas souhaitable tant que les vésicules sont présentes.

L’éviction scolaire n’est pas obligatoire mais recommandée dans la phase de contagion de la maladie. Les responsables des établissements scolaires et des crèches doivent être prévenus.

La varicelle peut-elle se compliquer ?

4 à 8% des varicelles se compliquent chez l’enfant en bonne santé selon les études.

Les surinfections bactériennes sont les principales complications (1 à 4% des varicelles) en lien avec le grattage, notamment l’impétigo  qu’il est parfois difficile de différencier des lésions de varicelles.

Il existe d’autres complications nécessitant le plus souvent des  hospitalisations, ce sont des atteintes neurologiques et  des pneumopathies.

Les adolescents font des varicelles plus sévères que les enfants, avec plus de lésions cutanées. Avant 5 ans, ce sont surtout les surinfections bactériennes et des problèmes pulmonaires qui sont redoutés. Les complications neurologiques sont plus observées chez le grand enfant et l’adolescent.

Les sujets les plus à risque lors d’un contact avec un malade sont :

  • Les adultes non immunisés,
  • Les personnes ayant un système immunitaire affaibli,
  • Les femmes enceintes.

En cas de contact avec la varicelle, ces personnes doivent rapidement consulter leur médecin traitant.

Le traitement de la varicelle

traitement varicelle

Les traitements de base recommandés sont essentiellement des soins locaux, assurant une bonne hygiène, et une désinfection de la peau. L’objectif étant d’éviter toute contamination bactérienne.

Une hygiène indispensable

Une à  deux douches par jour avec un pain ou un savon liquide dermatologique sont conseillées. Les bains sont à éviter pour ne pas laisser macérer les boutons. Des savons pour enfants formulés à base de plantes comme par exemple la bardane peuvent aussi soulager les démangeaisons. Traditionnellement utilisée pour des soins en dermatologie, l’huile essentielle de géranium est utilisable chez les enfants pour diminuer les sensations de prurit avec le conseil d’un professionnel de santé spécialisé en aromathérapie.

Une désinfection pour éviter les complications

Les antiseptiques comme la chlorhexidine sont essentiels pour prévenir les surinfections, choisir de préférence une chlorhexidine aqueuse qui ne pique pas. 

Les lotions asséchantes et assainissantes sont un bon relais des antiseptiques tout en protégeant la peau. Présentées en spray, elles se pulvérisent directement sur la zone concernée. En plus d’absorber les suintements et limiter les surinfections bactériennes, elles assèchent la peau et améliorent le confort cutané en réduisant le grattage.

Il faut éviter les poudres, en particulier le talc, qui favorisent l’accumulation de débris infectés sur la peau.

Les autres traitements

Les antihistaminiques dits « sédatifs » sont parfois prescrits pour atténuer les démangeaisons. Ils ne dispensent pas de couper les ongles courts ou de porter des gants pour éviter des surinfections et les cicatrices. Si un bouton de varicelle a déjà été gratté, l’application d’une crème réparatrice peut stopper l’apparition d’une cicatrice.

Les antiviraux sont indiqués chez les personnes à risque ou présentant des complications.

En général, la fièvre est modérée et le paracétamol suffit à la prendre en charge. Il est formellement interdit d’utiliser des anti-inflammatoires tels que l’aspirine ou l’ibuprofène car ils peuvent favoriser notamment des surinfections bactériennes massives.

Contributeurs

  • Rédacteur Hi Families,

Publié le : 20 Novembre 2017

Tags : Santé de la peau Varicelle Contagion enfant

Publicité

Le bon shopping avec les Laboratoires Gilbert :

Découvrez aussi...

Bandeau allergies enfants

Allergies chez les jeunes enfants, on peut les prévenir !

Vous n’en sortez pas ! Votre bébé enchaîne les rhumes de l’hiver, avec les rhinites du printemps, et les otites estivales... Stop ! Cette hyper sensibilité de la sphère ORL n’est pas une fatalité. On peut, on sait les prévenir. Le Dr Benoît Lamblin, ORL, vous dit tout !

Publié le : 2 Mars 2017

Lire la suite

Tags : allergies alimentation rhume

Prevention des poux chez les enfants

Nos astuces pour prévenir les poux

Une épidémie de poux gangrène l’école et vous souhaitez éviter que votre enfant soit infesté. Découvrez nos astuces anti-poux pour stopper la contamination. Les actifs naturels peuvent avoir raison des poux et des lentes.

Publié le : 21 Septembre 2017

Lire la suite

Tags : Poux Lentes rentrée enfant prévention

Voir tous les articles Enfant

Back top
Suivez-
nous
Club fidélité Himums Club fidélité Himums