OK
Logo hifamilies mobile
Logo hifamilies picto
Newsletter
Connexion
Logo hifamilies
Connexion

Vie de famille

Le microbiote cutané, l'allié de notre peau !

Vie de famille

Le microbiote cutané, l'allié de notre peau !

Le microbiote cutané, l'allié de notre peau !

Le microbiote cutané, ou flore cutanée, est un ensemble de micro-organismes vivant sur notre peau. Il est essentiellement constitué de bactéries, mais aussi de quelques virus et champignons. Des études récentes montrent que les bonnes bactéries sont de véritables alliés pour notre peau et qu'un déséquilibre du microbiote n'est pas sans conséquence. Suivez tous nos conseils d'hygiène pour respecter votre microbiote cutané !

Le microbiote cutané : de précieux microbes pour la peau

On nomme bactéries commensales, les bactéries habituellement présentes dans notre flore permanente. Ce terme, qu'on pourrait traduire par l'expression « à la même table », signifie qu'elles se nourrissent en exploitant nos ressources, un peu comme des invités. En réalité, des études scientifiques récentes ont démontré que les bactéries du microbiote nous rendaient de grands services en retour !

Le rôle du microbiote sur l'équilibre de la peau

Le microbiote maintient l'équilibre de notre peau de plusieurs façons :

  • il évite les inflammations excessives de la peau en régulant les réponses immunitaires ;
  • il contribue à maintenir le pH (c'est-à-dire l'acidité) de la peau autour de 5,5. Cette valeur est une moyenne, le pH normal de la peau peut varier de 4 à 7 : notre peau est naturellement acide et le microbiote s'y complait.

Le rôle protecteur et anti-infectieux du microbiote

Les bactéries commensales nous protègent des infections de plusieurs façons :

  • elles occupent l'espace cutané et consomment les nutriments présents sur notre peau. Elles ne laissent rien à manger aux bactéries pathogènes (responsables de maladies) qui ne peuvent plus se développer. On appelle ce phénomène « l'effet barrière » ;
  • certaines espèces sécrètent des toxines anti-bactériennes capables de tuer des bactéries pathogènes ;
  • des bactéries commensales, comme l'espèce Staphylococcus epidermidis, sont capables d'envoyer des signaux pour stimuler notre système immunitaire et contrer l'attaque de bactéries pathogènes ;
  • elles semblent jouer un rôle important dans le développement du système immunitaire et sa capacité à réagir face aux infections. Des bactéries commensales ont même été découvertes dans les strates plus profondes de la peau comme le derme ou l'hypoderme !

Le rôle réparateur du microbiote cutané

Le microbiote contribue à réparer la peau :

  • il est capable de stimuler des cellules de l'épiderme (kératinocytes) et des cellules immunitaires afin qu'elles se défendent contre les agents infectieux en cas de plaies sur la peau ;
  • s'il est légèrement dégradé, le microbiote est capable de se reconstituer rapidement et de renforcer à nouveau l'épiderme pour remplir pleinement son rôle de barrière protectrice.

Microbiote cutané déséquilibré : quelles conséquences ?

Le déséquilibre du microbiote cutané impacte directement l'acidité de la peau, et les processus immunitaires et inflammatoires auxquels les bactéries commensales participent.

Qu'est-ce que la dysbiose ?

La dysbiose est le nom donné au déséquilibre du microbiote de la peau. Elle peut être à l'origine de nombreux désagréments et de pathologies cutanés. En cas de dysbiose, les réponses immunitaires de la peau peuvent être modifiées et certaines espèces bactériennes pathogènes peuvent se développer davantage.

En règle générale, si la flore commensale est diminuée, le risque d'infection et d'inflammation de la peau est plus important.

La dysbiose dans les maladies de peau

Des études récentes montrent le lien entre les dysbioses et plusieurs maladies de la peau. On trouve notamment :

  • l'acné pour laquelle le développement d'une souche particulière d'une bactérie, Propionibacterium acnes, est responsable de l'inflammation des glandes pilo-sébacées ;
  • le psoriasis dont les lésions inflammatoires semblent présenter une prolifération de bactéries particulières ;
  • l'hidradénite suppurée ou maladie de Verneuil, qui montre une prolifération bactérienne importante ainsi qu'une diversité des bactéries plus poussée que dans le microbiote normal ;
  • la dermatite atopique avec un microbiote moins diversifié que la normale et qui profite à la prolifération d'une espèce bactérienne spécifique, le Staphylocoque doré (Staphylococcus aureus).

Une hygiène de la peau qui respecte le microbiote

Pour respecter son microbiote cutané, il faut parfois revoir ses habitudes hygiéniques et choisir des produits adaptés.

Pour que la toilette agresse moins le microbiote

La « théorie hygiéniste » considère que l'hygiène trop poussée des locaux et du corps dans nos pays développés serait responsable d'une mauvaise maturation du système immunitaire. Elle la tient pour responsable de l'augmentation des maladies inflammatoires et allergiques, la trop faible exposition aux bactéries et aux allergènes, notamment durant l'enfance.

Après avoir lavé la peau à l'eau savonneuse, la flore commensale est partiellement détruite à certains endroits de la peau. Le pH cutané augmente pour devenir alcalin. Si la flore cutanée normale met trop de temps à recoloniser les terrains vacants et à faire diminuer le pH, c'est le moment propice au développement de bactéries pathogènes.

Les habitudes à prendre

Les lavages trop fréquents de la peau sont préjudiciables pour le microbiote cutané qui ne peut pas se renouveler assez vite.

En règle générale, les spécialistes considèrent qu'une douche complète 2 à 3 fois par semaine suffit. Les autres jours de la semaine, ils conseillent un simple nettoyage des aisselles, des pieds et de l'aine au produit lavant pour ne pas générer de nuisances olfactives. Il est aussi préférable de respectez une température modérée de l'eau (inférieure à 37°C).

La plupart des personnes prend des douches savonneuses de manière plus fréquente, et même tous les jours pour 57% des Français selon un sondage BVA. Durant les chaleurs de l'été, après un travail physique ou après la pratique d'un sport, difficile d'éviter la douche ! Il est donc d'autant plus important de bien choisir son produit lavant afin de respecter au mieux son microbiote cutané.

Les produits lavants à privilégier

Pour le respect de la flore commensale, choisissez des produits sans savon comme des soins lavants surgras, ou encore des syndets... Ces produits doivent être formulés au pH physiologique de la peau (environ pH 5,5), encore appelé « pH neutre ». Evitez le savon de Marseille ou le savon d'Alep qui sont beaucoup trop alcalins et détergents. L'utilisation prolongée de savons anti-bactériens peut aussi déstabiliser la flore cutanée. Sauf raison médicale, évitez de les employer.

Certains produits lavants sont enrichis en probiotiques. Il s'agit de souches de bactéries habituellement commensales, capables de réensemencer la flore cutanée. D'autres produits lavants sont enrichis en prébiotiques. Ce sont des aliments (fibres) qui favorisent la croissance des bonnes bactéries du microbiote cutané.

Revoir sa routine cosmétique

Si les gommages permettent d'exfolier la peau et de la débarrasser de ses impuretés, ils peuvent agresser la flore cutanée lorsqu'ils sont réalisés trop fréquemment. Un seul gommage par semaine suffit à sublimer la peau.

Les soins émollients et hydratants ne déstabilisent pas la flore cutanée et peuvent être appliqués quotidiennement. Laits, crèmes, baumes, ou encore huiles végétales contribuent à hydrater et à restaurer le film lipidique (gras) de la peau. Certaines formulations sont enrichies en probiotiques et en prébiotiques.

Contributeurs

  • Rédacteur Hi Families,

Publié le : 28 Octobre 2019

Tags : hygiène soin vie de famille famille microbiote

Publicité

Le bon shopping avec les Laboratoires Gilbert :

Découvrez aussi...

Tiques 1920x440 2

Tiques : des morsures vectrices de maladies

Du printemps à l'automne, c'est la saison des tiques. Ce parasite de la peau se nourrit de notre sang et de celui des animaux. Les morsures de tiques ne sont pas anodines : elles peuvent transmettre la maladie de Lyme et d'autres pathologies.

Publié le : 1 Août 2019

Lire la suite

Tags : santé famille

Tiques 1920x440 1

Les 7 conseils de prudence anti-tiques

Les morsures de tiques sont parfois vectrices de maladies. Pour s'en prémunir durant la belle saison, toute la famille peut adopter les bons réflexes pour éviter de se faire piquer. Découvrez les 7 conseils de prudence anti-tiques !

Publié le : 1 Août 2019

Lire la suite

Tags : santé famille

Voir tous les articles Vie de famille

Back top
Suivez-
nous
Club fidélité Himums Club fidélité Himums